top of page

Comment Devenir Intervenant en Médiation Animale Ou Zoothérapeute ?

Aujourd’hui, les animaux font essentiellement partie de notre vie quotidienne, d’autant plus que près de la moitié des ménages français possèdent au moins un animal de compagnie.


En effet, les humains et les animaux domestiques entretiennent une relation forte. Tous les animaux, lorsqu’on respecte leurs besoins fondamentaux, peuvent aider à soigner les humains.


Depuis des siècles, l’animal partage notre vie. C’est ainsi que le métier d’intervenant en médiation animale, également appelé ‘’zoothérapeute’’, est né.


Alors :

  • Quelle est la définition de la médiation animale et quelles sont ses missions ?

  • Quelle est la fonction de l’intervenant en médiation animale ?

  • Quel est le statut, le profil, les compétences, les possibilités, les progrès et la rémunération d’un zoothérapeute ?

  • Quel type d’éducation, de formation et de diplôme faut-il pour devenir intervenant en médiation animale ?

Si l’un de ces sujets t’as déjà intrigué, continue la lecture de ce guide rapide.


Allons-y donc !





La médiation animale : c’est quoi et quelle est son importance ?

Qu’est-ce que la médiation animale ?


La médiation animale est une approche thérapeutique qui vise à mettre en relation un animal (domestique ou non) avec une personne qui en ressens le besoin (handicapée, en souffrance, en difficulté, développement personnel, personne en maison de retraite), par la médiation d’un professionnel (le médiateur).


Le médiateur est également appelé « zoothérapeute » ou « thérapeute en médiation animale »


En réalité, il existe deux types de zoothérapie :

  • La première est la thérapie avec l’animal assistant thérapeutiquement la personne (AAT : Animal-Assisted Therapy) : appelé aussi traitement non médicamenteux ;

  • La seconde est celle avec l’animal participant activement aux activités (AAA : Animal-Assisted Activity).

Le zoothérapeute doit avoir à la fois la capacité d’assister ses clients et de préserver le bien-être des animaux.


En d’autres termes, lorsqu’une personne se trouve dans une situation de fragilité, le médiateur, qui connaît bien ses animaux et les a préparés à des circonstances similaires, facilite la rencontre entre le bénéficiaire et l’animal en utilisant une approche thérapeutique, pour obtenir des résultats comme :

  • L’amélioration du bien-être ;

  • La guérison d’une maladie ;

  • L’amélioration des capacités d’apprentissage et des comportements sociaux ou émotionnels ;

  • Etc.

Quelle est l’importance de la médiation animale et a qui s’adresse t- elle ?


Il a été démontré dans de nombreux cas que la présence d’un chien ou d’un chat a un impact supplémentaire aux bénéfices qu’apportent plusieurs médicaments ou autres thérapies conventionnels.


En réalité, elle est souvent utilisée comme une aide pour :

  • Favoriser la communication ;

  • Favoriser la socialisation ;

  • Renforcer la confiance et l’estime de soi.

  • Favoriser la concentration

  • Amener a la réinsertion

  • Permettre stimulation de la cognitive

  • Stimuler la motricité

Une séance peut profiter à des personnes de tous âges, des adolescents aux adultes et aux personnes âgées, qui sont souvent touchées par des problèmes psychologiques, mentaux, sociaux, mal être ou même physiques.

En outre, l’animal offrira à l’individu un certain nombre d’avantages comme :

  • Une incitation à pratiquer l’activité physique ;

  • Un apport de plaisir et d’amour qu’il n’avait pas connu auparavant ;

  • Une augmentation de l’épanouissement et de la motivation ;

  • Un moyen d’encourager l’interaction avec les autres, et peut être caractérisé comme un « avantage social ».

Mais l’impact précis de la médiation animale sur la santé et le comportement de chaque type d’individu varie. Par exemple, elle permet aux individus ayant des problèmes de comportement :

  • D’accroître la confiance et la maîtrise de soi ;

  • De développer les relations avec autrui et précisément l’habilité sociale.

Elle aide également les jeunes enfants à surmonter leurs peurs et à se surpasser en s’engageant de diverses manières avec l’animal.


Les différents types de médiation animale en fonction de l’animal et leurs bienfaits respectifs


En fonction des besoins de la personne et de son ressenti, le type d’animal peut varier.


Les chevaux, les dauphins, les chats, les chiens et les NAC (nouvelles animaux de compagnies ) sont couramment utilisés en raison de leur bonnes conditions pour exercer cette activité.


Voici un résumé de certains des avantages les plus courants des différentes thérapies :


L’équithérapie ou l’hippothérapie : Thérapies Assistées par le Cheval


Le cheval est utilisé depuis longtemps pour aider les personnes souffrant de limitations physiques à améliorer leur mobilité.


En effet, les thérapies assistées par le cheval sont des « procédures médicales utilisant le cheval comme agent thérapeutique et pouvant inclure des éléments physiques et psychologiques ».


Il existe deux types de thérapies dans lesquelles le cheval est l’acteur principal :

  • L’hippothérapie : Traite principalement les problèmes physiques ;

  • L’équithérapie : Traite principalement les problèmes psychologiques.


Que ce soit en hippothérapie ou en équithérapie, le cheval :

  • Réchauffe le corps en transférant la chaleur à travers sa peau à l’utilisateur, ce qui favorise la relaxation des muscles et des ligaments ;

  • Favorise la circulation et la fonction physiologique des organes internes ;

  • Aide à maintenir le tronc et la tête stables en corrigeant les déséquilibres posturaux ;

  • Augmente la force musculaire, réduit l’anxiété et favorise la confiance en soi.


La delphinothérapie : Thérapie Assistée par les Dauphins


La thérapie assistée par les dauphins est « un ensemble de techniques aquatiques utilisées par le thérapeute (responsable de la motivation ainsi que du déroulement du traitement) pour favoriser la réhabilitation physique et émotionnelle, et dans lequel le dauphin joue un rôle crucial. »

Elle peut être considérée comme un type de traitement (thérapie) qui ne vise pas à prévenir ou à guérir les maladies, mais plutôt à réhabiliter et à stimuler les personnes souffrant de troubles physiques et mentaux.

Généralement, la delphinothérapie :

  • Attire l’attention ;

  • Améliore le lien du bénéficiaire avec ses proches ;

  • Diminue l’agressivité et procure la joie ;

  • Améliore les capacités linguistiques ;

  • Améliore la concentration et favorise l’affectivité.



Calinothérapie : Thérapie assistée par les chiens


Il s’agit de l’une des formes de thérapie les plus connues, car elle implique un contact direct avec un ou plusieurs chiens.

Dans ce cas, il existe surtout deux méthodes de travail avec le chien :

  • Les chiens d’assistance : Ces chiens sont éduqués pour aider les personnes ayant une déficience physique, les personnes âgées, les personnes handicapées ou les personnes malades à améliorer leur mobilité, à obtenir des objets puis à être plus social et autonome. De cette façon, cet animal sera capable d’ouvrir des portes, de rapporter des objets, d’éteindre des lumières…

  • Les chiens de thérapie : Le chien est utilisé dans ce type de thérapie, à l’instar du cheval ou du dauphin, pour apporter des bénéfices physiques et psychologiques à la personne visée par l’activité.

Grâce à l’approche plus efficace des chiens et à leur lien fort avec les humains, la thérapie par les chiens est capable d’équilibrer :

  • la respiration ;

  • la pression artérielle ;

  • et le rythme cardiaque.


Le Chat-Thérapie : Thérapie assistée par chat


Enfin, les traitements assistés par le chat peuvent procurer des sensations agréables grâce à ses ronronnements et aider à soulager le stress. .


En outre, les petits gestes d’affection que cet animal suscite sont vraiment appréciés par ses propriétaires.


Toutes ces thérapies offrent des avantages physiques, psychologiques et sociaux à ceux qui les utilisent. Il est essentiel de savoir choisir la meilleure en fonction du type de problème rencontré, afin de fournir un service adapté aux besoins de chaque personne.



11 principales missions du médiateur


Après avoir échangé, l’intervenant se servira des avantages des animaux pour l’accompagner : chien, chat, cheval, etc.

Ensuite, il va effectuer des exercices de respiration, d’instant présent et de méditation pour calmer et aider son client à faire face à la source de sa souffrance (un traumatisme, un handicap physique, une phobie…). Il peut être amené à modifier l’exercice en fonction du résultat et de ce qu’il constate.


Voici 11 principales missions d’un médiateur animalier :

  1. Utilisation d’animaux pour aider à résoudre des problèmes médicaux

  2. Favoriser le développement cognitif et affectif

  3. Encourager le développement social

  4. Favoriser l’autonomie du bénéficiaire

  5. Modifier la technique en fonction du type d’animal

  6. Choisir le type d’animal compte tenu des besoins et des problèmes de santé

  7. Permettre aux clients de passer un bon moment en leur facilitant la tâche

  8. Traiter les chocs, les pathologies, les traumatismes, les déplacements…

  9. Restaurer le bien-être physique et mental

  10. Examiner les causes des problèmes

  11. Favoriser le bien-être de la personne bénéficiaire


Ce que vous devez savoir avant d’envisager une carrière dans le métier

Quel statut pour l'intervenant en médiation animale ?


La médiation animale peut être pratiqué sous trois statuts différents :

  • Salarié : Travailler pour un organisme de médiation animale qui emploie plusieurs animateurs, ou pour un établissement spécialisé (hôpital, Ehpad, structure paramédicale, etc.)

  • Indépendant : Que ce soit en itinérance ou dans ses propres installations, il dirige sa propre entreprise (microentreprise, association, société ou corporation).

  • Bénévole : Travailler sans rémunération dans une association. Ce dernier statut est parfois (mais pas toujours) associé à des personnes moins expérimentées.

De nos jours, de plus en plus de personnes deviennent intervenant en médiation animale. Cela répond à un besoin croissant des institutions et des particuliers.


Cependant, il n’existe actuellement aucun cadre juridique (hormis l’ACACED obligatoire) pour réglementer cette discipline.


Le titre n’est pas protégé, et il n’y a pas de texte conseillant sur la manière de traiter les animaux médiateurs, que ce soit en termes de bien-être ou de sécurité.


La non-supervision dans ce cadre donne lieu à un large éventail d’activités et à des débats parfois houleux sur la qualité de travail de chacun.


Quel est le profil idéal d’un intervenant en médiation animale ?


De nombreuses personnes qui lancent une organisation de médiation animale viennent de domaines très divers.

On distinguera notamment :

  • Les professionnels du secteur médico-social (psychomotriciens, ergothérapeutes, psychologues, etc.) qui apprennent la médiation animale comme une compétence supplémentaire à leur profession principale afin d’étendre la capacité de leur répertoire.

  • Les personnes en reconversion professionnelle, ayant quitté un emploi de plus ou moins longue durée et recherchant un but et un équilibre plus importants dans leur vie : des fonctionnaires, anciens cadres et salariés de tous horizons).

  • Les personnes, qui dès leurs études, se sont orientés vers la médiation animale (tous les niveaux d’études).

Quelles sont les compétences que doit avoir un intervenant en médiation animale ?


Voici quelques-unes des qualités qu’un praticien doit posséder :

  • Aimer les animaux ;

  • Être à l’écoute ;

  • Avoir une forte affection pour les interactions humaines : empathie et attention aux autres ;

  • Se sentir bien avec les handicaps ;

  • Accepter se mettre au service des autres en aidant les personnes dans le besoin ;

  • Avoir une solide compréhension des troubles psychologiques et des comportements des animaux ;

  • Être rigoureux et professionnel ;

  • Chercher activement à apprendre de nouvelles choses et à s’améliorer ;

  • Savoir se montrer direct et ferme avec l’animal pour réussir une séance (sécurité) ;

  • Aimer le contact avec l’animal et faire preuve de patience ;

  • Disposer d’un fort esprit d’analyse afin de reconnaître le problème et d’appliquer les solutions nécessaires pour aider la personne ;

  • Être flexible et organisé, car un zoothérapeute sera amené à voyager et à exercer son métier dans différents lieux ;

  • Être capable d’offrir des réponses rapides et personnalisées à toutes sortes de personnes et de problèmes ;

  • Posséder un sens aigu d’analyse et de l’observation ;

  • Comprendre les règles de sécurité à suivre et les règles de santé animale.

Quels sont les lieux où se pratique la zoothérapie ?


La fonction de zoothérapeute peut être exercée dans divers endroits. Elle peut être exercée dans les lieux comme :

  • Hôpitaux ;

  • Maison de retraite ;

  • Divers centres (de réhabilitation, détention, réadaptation) ;

  • Établissements liés à l’enseignement ou spécialisés ;

  • Etc.

La journée type !


L’intervenant va s’assurer que ses animaux ont leurs besoins combles afin de pouvoir ensuite les emmener aux rendez-vous prévus.


Les séances dépendent des objectifs à atteindre et peuvent être nombreuses et variées. La journée n’est jamais pareille, car elle varie en fonction de la demande.


Une fois sur le lieu de la séance, l’intervenant va mener une série d’actions. Il va essayer de comprendre et de résoudre le problème du client dans sa globalité.


Il procèdera à des soins thérapeutiques et adaptera son activité compte tenu du lieu de la séance.






Débouchés et évolutions d’un zoothérapeute


En réalité, la médiation animale peut s’exercer dans divers établissements, notamment :

  • des hôpitaux ;

  • des maisons de convalescence ;

  • des centres de réadaptation ;

  • des centres de réinsertion sociale ;

  • des prisons ;

  • etc.

Il a également la possibilité d’ouvrir sa propre structure et de se lancer à son propre c


ompte.


Même si le métier n’a pas de véritable débouché, il offre néanmoins la possibilité d’évoluer en tant que psychologue, dresseur ou éducateur spécialisé.


Quant on devient intervenant en médiation animale, on accepte d’être entrepreneur avec tout se a quoi ça nous engage (marketing, vente, comptabilité, etc.)


Quel est le salaire?



Certaines personnes en font un emploi à temps partiel, tandis que d’autres arrivent facilement à générer plus de 2000 euros de rémunération.


Devenir intervenant en médiation animale : Diplôme, formation et étude

Quel diplôme pour devenir un médiateur animalier ?


La loi n’exige aucun diplôme ni aucune certification pour exercer la profession d’intervenant en médiation animale. En effet, cette pratique n’est pas une pratique de thérapie pure, elle est une méthode d’animation dont les résultats peuvent être thérapeutiques. Elle est reconnue depuis peu comme thérapie non médicamenteuse.


Cependant, le contact avec des animaux et des personnes fragilisées exige d’avoir acquis un ensemble de compétences, savoir-faire et savoir-être dignes d’une activité professionnelle, sérieuse et éthique.


Quelles études pour ce métier ?


Être intervenant en médiation animale s’exerce après avoir était formé dans ce domaine. L’État ne reconnaît pas ce titre, mais certains établissements publics et privés acceptent le diplôme.


Les formations professionnelles en médiation animale sont principalement proposées par des établissements spécialisés dans ce métier.


Les formations professionnelles se déroulent entre 3 jours et 6 mois en fonction de la spécialité choisie et du parcourt réalisé par l’apprenant. Le cursus comprend des cours théoriques et des cours pratiques. Un stage peut également être réalisé en fin de programme.


On retrouve plusieurs spécialisations, en fonction du public visé :

  • pour les jeunes ;

  • les handicaps intellectuels ;

  • les personnes ayant des troubles de l’apprentissage…

Les apprenants peuvent aussi se spécialiser en fonction d’un animal en particulier. La médiation animale peut aussi être accompagnée d’une autre certification dans le domaine du dressage.


Garant de la sécurité de l’animal et de son client, l’intervenant doit aussi avoir des connaissances dans ce domaine. Une bonne connaissance en éthologie scientifique est requise


Comment choisir son centre de formation ?


La plupart des organismes de formation proposent une attestation de fin de formation, cependant, il n'a pas de valeur autre que celle de l'organisme qui le délivre. Il n’existe pas à ce jour de diplôme d’Etat de zoothérapeute ou d’intervenant en médiation animale. Aucun autre diplôme ou formation d’aucune sorte n’est aujourd’hui obligatoire pour intervenir avec les animaux auprès de personnes fragiles (sauf ACACED).


Donc beaucoup de questions se posent : parmi les nombreuses formations en zoothérapie proposées aujourd'hui en France, comment s'y retrouver ? Laquelle choisir ? Quels critères retenir ? Un petit coup de pouce pour y voir plus clair !

  1. Un vrai organisme de formation à l’obligation d’avoir un numéro de déclaration d’activité délivré par la DREETS de sa région et être reconnu comme organisme de formation.

  2. Aujourd’hui en France une certification de qualité QUALIOPI est délivré par en centre certificateur. Le centre de formation est audité régulièrement pour montrer la qualité de son travail et de son accompagnement des apprenants. Le suivi individuel pendant la formation va te permettre d’avoir un réel soutien et te permettre d’aller jusqu’à la fin de ta formation.

  3. Avoir une expérience dans le domaine est important afin de transmettre des connaissances et compétences. Tu dois donc avoir accès aux CV et expériences des intervenants afin d’être sûr de ce que l’on va te délivrer.

  4. La mise à jour de la formation. Dans le domaine de la médiation animale qui est un métier récent, les découvertes continuent avec différentes recherches scientifiques. C’est pour cela qui est indispensable de remettre à jour régulièrement les données que nous pouvons avoir. La formation doit donc être révisée régulièrement et même être accessible à vie, c’est encore mieux.

  5. La formation que tu choisiras devra avoir une durée pertinente par rapport à tes objectifs et à tes expériences passées. Cependant la description du comportement de l’animal et la psychologie de l’humain se pratiquent, donc il te faudra une formation qui aura une grande pratique de ton futur métier.

  6. Le témoignage des anciens élèves : va discuter avec d’anciens élèves. Evoque avec eux la formation, le programme, le suivi de la formation pendant et après formation, tu te ferras une opinion de ce que tu souhaites ou pas !

Je te conseille donc d’être au clair avec tes attentes, avec ce qui te manque pour commencer et de faire ton choix en fonction de ton ressenti et de ce que tu considères bon pour toi.


Les formations peuvent être prises en charge de différentes manières. Certaines formations sont éligibles au CPF (Compte Personnel de Formation).


En fonction des heures cumulées, la formation peut être en partie ou totalement financée.


Les salariés peuvent faire appel au Projet de Transition Professionnel (PTP). Ce dispositif permet de conserver une partie de son salaire, tout en suivant une formation. Pour les personnes en reconversion, des aides d’organismes publics peuvent également contribuer au financement comme la région ou le département.


Pour les demandeurs d’emploi, la formation peut être prise en charge par Pôle emploi en fonction du statut. C’est le cas des personnes bénéficiant de l’assurance chômage (l’ARE) ou de l’aide individuelle à la formation (AIF).


En résumé : Trouver sa propre pratique, son originalité


L’utilisation d’animaux dans les thérapies donne des avantages physiques, psychologiques et sociaux. Cela permet d’améliorer ou de maintenir la qualité de vie de certaines personnes.


Malgré les bénéfices que cette pratique apporte à ceux qui l’utilisent, elle est encore méconnue de certains professionnels, qui privilégient la méthode « traditionnelle ».


Je te conseille donc d’être au clair avec vos attentes, avec ce qu’il te manque pour commencer et de faire ton choix en fonction de ton ressenti et de ce que tu considères bon pour toi.


Il y a autant de pratiques que de praticiens.


Rien ne sert de vouloir se calquer à une pratique, le plus intéressant étant de créer la sienne !


Il n’existe ni d’intervenant idéal ni d’animaux idéal pour le travail en médiation animale.


Il s’agit d’un domaine vivant où la spontanéité et le respect sont au centre du travail en permanence !


Sois toi mêmes avant tout : accompagner une personne fragilisée c'est se rendre disponible avec bienveillance avec son expérience, ses connaissances mais aussi sa sensibilité, ses failles et ses forces.


Si tu veux échanger avec Estelle et voir si la formation de l'école de la vie est en accord avec ta vision voici le lien : https://calendly.com/estelle-lecoledelavie/60min


Merci pour la lecture et à bientôt !

留言


bottom of page